Les participants du groupe de travail

 

80. Combien de travailleurs doivent participer ?

2 à 4 travailleurs-clés, un homme et une femme si le groupe est mixte.

Rappelons cependant que la réunion doit regrouper 3 à 8 personnes, avec, outre les travailleurs, le contremaître ou superviseur, une personne du service d'entretien, des achats, des méthodes….

Ce point est abordé en détails en section 8. 9. " Un groupe de concertation est formé", du document SOBANE.

81. Que faire si on ne me donne pas la possibilité de réunir 3 à 8 personnes ?

Ce point est discuté en détails en section 8. 10. du document SOBANE.

A défaut de pouvoir libérer les personnes ou de disposer d'une durée de 2h pour la réunion, des compromis doivent être faits en ce qui concerne la procédure de discussion. Dans ces cas, l'utilisation du guide devrait prouver son intérêt et entraîner par la suite une libération plus facile des participants.

Cependant, aucun compromis ne peut être accepté en ce qui concerne les principes: l'outil utilisé doit couvrir l'ensemble des aspects de la situation de travail (globalité) et permettre aux personnes directement concernées (travailleurs et leur encadrement) d'aborder les problèmes comme ils les voient et de discuter de propositions concrètes d'améliorations.

82. Peut-on dire que 3 à 6 travailleurs sont représentants de 600 ?

Il est hors de question que la situation de travail concerne 600 personnes. Le concept de "situation de travail " est discuté en détails en sections 1. 1. "Situation de travail vs Poste de travail" et 8. 6. "Une situation de travail est définie" du document SOBANE.

Une "situation de travail" concernera ainsi en général 10 à 15 personnes par équipe au maximum. 2 à 4 travailleurs clés parmi ces 10 à 15 personnes participeront à la réunion au nom de leurs collègues. Il est recommandé d'impliquer des travailleurs critiques mais aussi constructifs au processus.

83. Comment choisir les travailleurs ? Tirage au sort ? Vote ?

Le tirage au sort est à proscrire. Le vote est lourd et prend du temps.

Comme discuté en section 8. 9 " Un groupe de concertation est formé" du document SOBANE, il est essentiel que le choix et la représentativité des participants soient acceptés, tant du côté des travailleurs que du côté de la hiérarchie.

En pratique, lors de la première utilisation, les travailleurs participants sont souvent désignés par le responsable local en fonction de leur disponibilité. L'expérience montre que ce n'est pas l'idéal, mais que cela ne porte guère à conséquence tant que des conflits majeurs n'existent pas au sein du groupe de travail et que ces travailleurs acceptent la responsabilité de parler au nom de l'ensemble de leurs collègues.

84. La présence de la ligne hiérarchique ne constitue-t-elle pas un frein ? Doit-elle assister aux réunions ? Si oui, jusqu'à quel niveau ?

Comme répondu aux question 40 et question 78, il a été remarqué en effet que la présence de personnes de niveaux hiérarchiques trop élevés (N+2, N+3…) a tendance à éteindre la spontanéité et la créativité des débats. Ces personnes interviendront:

  • avant pour donner la possibilité au processus participatif de se mettre en place dans de bonnes conditions,
  • et après: elles recevront le rapport et devront décider et mettre en œuvre les plans d'action.

Ainsi, la présence du responsable GRH n'est pas recommandée, de même que celle de l'ingénieur ou de la personne responsable du service. La réunion concerne une situation de travail (voir section 1. 1. "Situation vs poste de travail") et ne devrait regrouper que des personnes de cette situation qui travaillent effectivement ensemble, quotidiennement, sur le terrain, dans l'atelier ou le bureau.

Tout dépend cependant de la personnalité des personnes en jeu (question 78), et celui qui "facilite" le processus (le CP) doit juger si la participation de telle personne enrichira ou appauvrira les discussions.

85. Les membres du CPPT sont-ils présents ?

Comme abordé lors des questions 52 et 55, le rôle du CPPT est de réfléchir sur les conditions d'application de la stratégie et d'utilisation du guide de concertation Déparis.

La discussion concernant une situation de travail doit se faire entre les personnes directement concernées. Un représentant des travailleurs pourra enrichir la discussion, du fait de sa connaissance de l'ensemble de l'entreprise et de sa position. Cependant, sa présence ne peut se faire au détriment de la présence du personnel local.

86. Pourquoi ne pas faire intervenir les nouveaux engagés et les travailleurs intérimaires ?

Des nouveaux engagés et des intérimaires ont probablement une vue assez différente de la situation de travail et pourraient enrichir le débat. Cependant, ils n'ont pas cette expérience de ce qui se passe dans toutes les conditions de fabrication et peuvent difficilement parler au nom de l'ensemble des travailleurs de la situation de travail. Leur présence ne peut se faire au détriment de la présence du personnel local.

87. Pourquoi faut-il faire participer une femme et un homme au minimum dans le cas d’un poste mixte ?

Il est rare que dans une même situation de travail, femmes et hommes exécutent les mêmes tâches: souvent les femmes sont affectées à la fabrication en série, à l'emballage, alors que l'ouvrier masculin s'occupe du réglage de la machine…. Dans ces circonstances évidemment la présence d'une personne de chaque catégorie est souhaitable.

Cependant, il a été montré que, même lorsqu'ils exécutent des tâches identiques, femmes et hommes ne perçoivent pas la situation de la même manière et ne la vivent pas selon les mêmes critères. Il reste donc indispensable d'avoir un interlocuteur des deux catégories.

88. Quid de la représentation des différentes "couleurs" syndicales ?

Les différentes organisations syndicales sont représentées au CPPT qui "gère" le fonctionnement de la politique de prévention de l'entreprise. Le rôle du CPPT a été discuté à la question 52 et la présence ou non de membres du CPPT lors des réunions Déparis a été discutée en réponse à la question 85.

Le souhait de chaque organisation syndicale d'avoir un représentant lors de chaque réunion témoignerait d'un climat de suspicion qui influencerait négativement le succès des réunions. Le CP à l'origine de l'initiative aura intérêt, avant de lancer les réunions, à travailler sur ce climat en réexpliquant les objectifs et le rôle de chacun.

89. Que faire si un groupe de travailleurs ou de cadres refuse de participer ?

Dans ce cas, le processus des réunions ne peut être démarré selon la procédure décrite dans le document SOBANE.

Le CP à l'origine de l'initiative devra chercher les raisons de ce refus et tenter de modifier cette position en expliquant les objectifs et la procédure et rechercher à obtenir un engagement plus clair de la direction….

Il pourra utiliser le guide de concertation Déparis seul, en essayant de recueillir le vécu, les avis, les propositions des travailleurs et en espérant que, sur base des résultats, l'entreprise (direction, ligne hiérarchique, travailleurs) découvrira l'intérêt d'un processus plus participatif et souhaitera à l'avenir participer directement.

Analyse des risques - Documentation externe

Steunpunt RI&E-instrumenten (Pays-Bas)

Le ‘Steunpunt RI&E-instrumenten’ se compose d’un groupe de travail de la ‘Stichting van de Arbeid’ et d’un secrétariat exécutif, dépendant de l’’Organisatie voor toegepast natuurwetenschappelijk onderzoek’ (TNO). Le Point d’appui a été créé avec le soutien du Ministère néerlandais des Affaires sociales et de l’Emploi.

Le site internet propose des informations actualisées et fiables, notamment les états des lieux les plus récents en matière d’instruments ‘Risico Inventarisatie en Evaluatie’ (RI&E) pour l’inventaire et l’évaluation des risques, et leurs agréments. Ce faisant, les employeurs peuvent trouver rapidement et assez aisément un instrument RI&E adapté, leur permettant de satisfaire ainsi à leurs obligations.

Plus d’informations en néerlandais sur le site du Steunpunt RI&E.

Dossier Évaluation des risques professionnels (INRS – France)

Sur le site de l’Institut national de recherche et de sécurité pour la prévention des accidents du travail et des maladies professionnelles (INRS), le dossier Évaluation des risques professionnels.

Branche prévention SuvaPro (SUVA - Suisse)

La SUVA est une entreprise indépendante de droit public assurant près de 123 000 entreprises, soit 1,97 millions d'actifs et de chômeurs, contre les conséquences des accidents et des maladies professionnelles.

Plus d’informations sur le site de SUVA dans la rubrique Suva > Prévention > Travail: Le travail en sécurité.

Analyse des risques - Outils

Stratégie d’analyse des risques SOBANE (SPF Emploi - Belgique)

La rubrique Stratégie d’analyse des risques SOBANE expose de manière très complète la stratégie SOBANE, ses différents niveaux et le contenu des outils proposés. Les différents outils sont disponibles sur le site en version éditable, ce qui permet de les modifier et de les compléter, selon les besoins du conseiller en prévention et la réalité de terrain auquel il fait face.

Outils de dépistage par secteur

Les guides de concertation Déparis permettent d’aborder l’ensemble d’une situation de travail, de manière participative, en se basant sur l’activité réelle de travail, afin de déterminer des actions permettant d’améliorer les conditions de travail. Il s’agit d’outils permettant d’initier une démarche ergonomique.

Les guides sont disponibles dans la rubrique Dépistage par secteur : Outils.

Méthodes Sobane par domaine de risque

Les méthodes sont disponibles dans la rubrique Observation - Analyse - Expertise : Outils > Les méthodes Sobane par domaine de risque.

D’autres outils spécifiques aux divers risques sont disponibles dans les différents thèmes de BeSWIC, dans le module Outils.

Outils OiRA (EU-OSHA – Union européen)

Les outils OiRA peuvent aider les petites entreprises à mettre en place une analyse des risques et à déterminer des actions de prévention.

Plus d’infos sont disponibles sur le site du projet OiRA: Online Interactive Risk Assessment - OiRA.

L’Analyse des risques (SPF Emploi – Belgique – 2009)

Cette publication est accessible et téléchargeable librement sur le site du SPF Emploi, Travail et Concertation sociale, dans le module Publications > Analyse des risques (L').

E-learning bien-être au travail (e-campus – Belgique)

Au moyen d’animations, d’images, de vidéos…, cet outil convivial permet de comprendre simplement la législation sur le bien-être au travail et ses grands principes afin de sensibiliser et de prévenir les risques professionnels présents dans chaque entreprise.

Plus d’informations à ce sujet sont disponibles dans le module Outils > E-learning pour faire ses premiers pas en bien-être (santé, sécurité, RPS, TMS…) au travail (e-campus – Belgique).

Analyse des risques - Publications

L’Analyse des risques, (SPF Emploi – Belgique – 2009)

Cette publication est accessible et téléchargeable librement sur le site du SPF Emploi, Travail et Concertation sociale, dans le module Publications > Analyse des risques (L').

Brochures de la série Stratégie Sobane (SPF Emploi - Belgique)

La stratégie SOBANE de gestion des risques professionnels a été développée pour aider à mettre en place une gestion dynamique et efficace des risques. Elle comporte quatre niveaux d'intervention: Screening (dépistage), OBservation, ANalyse et Expertise.

Toutes les publications de la stratégie SOBANE sont également disponibles en version modulable sur BeSWIC dans la rubrique Stratégie d’analyse des risques SOBANE.

  • Stratégie SOBANE et méthode de dépistage DEPARIS

Cette publication est accessible et téléchargeable librement sur le site du SPF Emploi, Travail et Concertation sociale, dans le module Publications > Stratégie SOBANE et méthode de dépistage DEPARIS.

  • Guides de concertation Déparis

Les guides Déparis (SOBANE), permettent d’aborder l’ensemble d’une situation de travail, de manière participative, en se basant sur l’activité réelle de travail, afin de déterminer des actions permettant d’améliorer les conditions de travail. Il s’agit d’outils permettant d’initier une démarche ergonomique.

Les guides de concertation Déparis par secteur d’activité sont accessibles et téléchargeables librement sur le site du SPF Emploi, dans le module Publications:

  • Série Stratégie Sobane: gestion des risques professionnels

Les brochures par domaine de risques sont accessibles et téléchargeables librement sur le site du SPF Emploi, dans le module Publications:

Analyse des risques - Réglementation

Plus d’informations à ce sujet et les textes réglementaires sont disponibles sur le site du SPF Emploi, Travail et Concertation sociale, dans la rubrique Thèmes > Bien-être au travail > Principes généraux > Principes généraux relatifs à la politique du bien-être.

En pratique

  • coronavirus
    coronavirus
    Agents biologiques / Analyse des risques

    Coronavirus : checklist prévention sur le lieu de travail

    La possibilité d’infection par le coronavirus sur le lieu de travail constitue un risque professionnel contre lequel l’employeur doit protéger ses travailleurs. Pour évaluer ce risque, le Service public fédéral Emploi, Travail et Concertation sociale (SPF Emploi) a élaboré une liste d’autocontrôle.
  • afstand bewaren
    afstand bewaren
    Agents biologiques / Analyse des risques

    La distanciation sociale dans les entreprises

    Les mesures publiques pour limiter la propagation du coronavirus imposent une cascade de mesures aux entreprises. Pour les entreprises qui souhaitent garantir la continuité de leurs activités, il est donc crucial d'appliquer de manière opérationnelle et efficace les règles de distanciation...
  • veiligheidshandboek 2020
    veiligheidshandboek 2020
    Installations électriques / Travail en hauteur / Champs électromagnétiques / Analyse des risques

    Travailler en sécurité sur ou à proximité d’une infrastructure réseau mobile

    Travailler sur ou à proximité d’une antenne GSM n’est pas sans risque. Les opérateurs de téléphonie mobile en Belgique ont fait l’évaluation des dangers liés à la présence des champs électromagnétiques. Ils ont rassemblé dans un manuel de sécurité une série de procédures de travail visant à éviter...
  • oira horeca
    oira horeca
    OIRA / Analyse des risques
    Hébergement et restauration

    Outil OiRA pour l’horeca

    L’Agence européenne pour la sécurité et la santé au travail (EU-OSHA) a présenté un nouvel outil OiRA pour le secteur horeca. Cet outil d’analyse de risque en ligne tient compte des risques que l’on rencontre dans les hôtels, les restaurants et les cafés. Le contenu a été élaboré en étroite...
  • Werkomgeving
    Werkomgeving
    OIRA / Analyse des risques
    Enseignement

    Vers des environnements de travail plus sûrs à l’école grâce à l’OiRA

    Les partenaires sociaux agissant pour l’enseignement au niveau européen, que sont le Comité syndical européen de l’éducation (CSEE) et la Fédération européenne des employeurs de l’éducation (FEEE), ont développé, en coopération avec l'Agence européenne pour la santé et la sécurité au travail (...
  • oira autobus
    oira autobus
    OIRA / Analyse des risques
    Transports et entreposage

    Outil gratuit d’analyse des risques pour le secteur de l’autocar et l’autobus

    Le nouvel outil OiRA pour le secteur de l'autocar et de l'autobus a été présenté le 9 octobre 2019. Avec ce logiciel gratuit OiRA, qui signifie "Online Interactive Risk Assessment", on peut réaliser dans les petites et moyennes entreprises (PME) des analyses de risques de...
  • osh_001547_1.jpg
    OIRA coiffeur
    OIRA / Analyse des risques
    Coiffure

    Nouvel outil OIRA pour les coiffeurs

    Dans le but de soutenir les coiffeurs et les coiffeuses dans l’analyse et la prévention des risques liés à leur métier, l’Agence européenne pour la sécurité et la santé au travail (EU-OSHA) a développé un outil gratuit et à disposition de tous pour une analyse des risques interactive en ligne (OIRA...
  • leather and tanning
    leather and tanning
    OIRA / Analyse des risques
    Textile, habillement et cuir

    Mise à jour de l’OiRA ‘Cuir et tannerie’

    En 2017, les partenaires sectoriels européens du secteur du cuir (IndustriALL et Cotance) ont lancé un projet en vue de modifier l'outil européen OiRA ‘Cuir et tannerie’. La première version de l’outil Oira datait de 2012 et devait donc être revue. L’outil aide les petites entreprises du...
  • Oira
    Oira
    OIRA / Analyse des risques
    Services d'aménagement paysager

    Outil OiRA Parcs et jardins

    Afin de continuer à améliorer les conditions de travail dans le secteur des parcs et jardins, le Service public fédéral Emploi, Travail et Concertation sociale (SPF Emploi) et le Point Focal belge de l'Agence européenne pour la santé et la sécurité au travail (EU-OSHA) ont lancé le 10...
  • Outil OiRA pour le secteur du spectacle
    Outil OiRA pour le secteur du spectacle
    OIRA / Analyse des risques
    Arts, spectacles et activités récréatives

    Outil OiRA pour le secteur du spectacle

    Le Service public fédéral Emploi, Travail et Concertation sociale (SPF Emploi) et le Point Focal belge de l'Agence européenne pour la santé et la sécurité au travail (EU-OSHA) ont lancé le 13 juin 2018 l’outil d’analyse des risques OiRA pour le secteur du spectacle. Cet outil en ligne offre...

Actualités et évènements

napo_new_2.jpg
30.05.2017

Napo dans une vidéo sur l'évaluation des risques en ligne

Dans une vidéo de deux minutes trente, Napo présente à son patron l'outil en ligne OiRA. Simple et gratuit, il aide les petites entreprises à...
logo_fr.gif
18.01.2017

Les cancers professionnels, un défi prioritaire pour l’Europe

La Commission européenne a proposé d’établir des limites d’exposition à sept substances cancérogènes. La Commission a publié un guide pour les...