Formation

Une législation spécifique en rapport avec les troubles musculosquelettiques liés au travail n’existe pas en Belgique. Selon la loi sur le bien-être du 4 août 1996, l’employeur est tenu de promouvoir le bien-être des travailleurs lors de l’exécution de leur travail. Il doit veiller à ce que le travail soit adapté aux possibilités physiques de l’homme et à ce que la fatigue mentale et physique professionnelle excessive soit évitée. Pour atteindre ces objectifs, il doit tenir compte de :

  • l’organisation du travail;
  • des méthodes de travail et de production (par ex. moins de travail monotone et lié au temps);
  • de l’aménagement du lieu de travail et du poste de travail (ergonomie);
  • du choix et de l’utilisation des équipements de travail et des équipements de protection individuelle;
  • de la charge psychosociale.

L’employeur veille à ce que les travailleurs reçoivent une formation qui est spécialement orientée sur le poste de travail ou sur la fonction du travailleur concerné. Cette formation est donnée :

  • lors de l’entrée en service;
  • lors d’un déplacement ou d’un changement de fonction;
  • lors de l’introduction d’un nouvel équipement de travail ou de la modification d’un équipement de travail;
  • lors de l’introduction d’une nouvelle technologie.

Cette formation est adaptée au développement des risques et à l’apparition de nouveaux risques et est répétée régulièrement si nécessaire. Les coûts de la formation ne peuvent pas être à la charge des travailleurs. Elle est donnée pendant le temps de travail.

Formation à la prévention des troubles musculosquelettiques (TMS) : recommandations de bonnes pratiques

La prévention

La prévention des TMS est de la responsabilité de l'employeur , et pour la mettre en œuvre, celui-ci peut, dans le cadre de sa stratégie de prévention des risques des troubles musculosquelettiques recourir à des formations, qui figurent parmi les politiques d’actions recommandées par les législations européenne et belge en matière de bien-être au travail.

Les possibilités d'action en matière de prévention peuvent intervenir à 3 stades différents:

  1. La prévention primaire vise à supprimer et éviter toute exposition aux facteurs de risques.
    Les mesures prises à ce stade de prévention visent à supprimer tous les éléments pouvant amener l'apparition de plaintes ou d'anomalies pathologiques chez le travailleur. Il peut s’agir, par exemple, d’intégrer l’ergonomie à la conception de nouveaux espaces de travail, des machines ou des installations, lors du choix de matériaux de travail ou lors de la construction de bâtiment, etc.
  2. La prévention secondaire vise à réduire ou éliminer les risques présents dans l’entreprise.
    Les mesures prises à ce stade de prévention visent à réduire et à éliminer les risques à la base des plaintes ou de problèmes de santé et de sécurité des travailleurs.
  3. La prévention tertiaire veut éviter une évolution défavorable d'un problème de santé avéré, lié aux conditions de travail, du travailleur.
    Les mesures prises à ce stade de prévention visent en particulier à éviter une incapacité de travail de longue durée ou un passage à la chronicité de la maladie.

Il est conseillé d’aborder ces stades de prévention dans l’ordre précité, c’est-à-dire de favoriser les mesures de prévention primaire, aux actions de prévention secondaire et enfin tertiaire. Mais quel que soit le stade de la prévention envisagé, les mesures peuvent être rangées dans deux catégories: soit elles concernent l'environnement et/ou l'organisation du travail, soit elles visent le travailleur lui-même et sa façon de réaliser son activité.

La place de la formation dans la démarche de prévention

La formation ne représente qu'une partie de la démarche de prévention.

L’analyse ergonomique et l’adaptation du matériel ou de l'organisation sont des préalables à toute formation car elles permettent de réduire le risque à la source.

En effet, les données scientifiques montrent que former le personnel à des techniques de manutention, ou au geste professionnel correct, n’a qu’un impact très limité, voire nul, sur les plaintes de santé des travailleurs. Pour être efficace et utile, la formation doit se concevoir en interaction permanente avec la conception ergonomique de la tâche et de l’équipement.

Avant toute campagne de formation, l’analyse et l’action ergonomique sont donc indispensables pour une bonne gestion des risques.

Les objectifs de la formation à la prévention des Troubles musculosquelettiques (TMS)

Les risques de troubles musculosquelettiques (TMS) comprennent de façon globale les problèmes de nuque, des membres supérieurs et inférieurs et de la région dorsale.

Les programmes de formation à la prévention des TMS visent 3 objectifs :

  1. Comprendre les risques et être capable de les reconnaître dans son travail
    L’apprentissage des principes ergonomiques de base permet au travailleur et à sa hiérarchie de comprendre et reconnaître les risques liés à son activité professionnelle. La compréhension des facteurs de risque rend plus effective la recherche d’adaptations ergonomiques ou gestuelles. La formation est un moyen de stimuler la réflexion ergonomique et l’amélioration des conditions de travail : il s’agit d'encourager le travailleur à devenir acteur dans une démarche d'adaptation ergonomique de son lieu de travail.
     
  2. Apprendre et appliquer les moyens de prévention, tant gestuels qu'ergonomiques, adaptés à son activité de travail

    Outre la connaissance des risques, le travailleur et sa hiérarchie apprennent à rechercher des solutions pour les situations de travail problématiques ou à risques. Ces solutions peuvent être : l’adaptation ergonomique du travail et/ou, pour le travailleur lui-même, le geste professionnel adapté (c’est-à-dire l’apprentissage des techniques gestuelles et posturales conçues pour minimiser l’exposition de son corps aux contraintes biomécaniques). Toute formation doit assurer une complémentarité optimale entre ces deux aspects.
     

  3. Sensibiliser à l'importance du maintien d'une bonne hygiène de vie pour la prévention individuelle

    La formation permet aussi de sensibiliser le travailleur à l'entretien de sa condition physique et à une bonne hygiène de vie : la formation peut inclure l’apprentissage d’exercices physiques généraux et spécifiques aux articulations à risque.

    Seules les interventions multidimensionnelles, combinant l’éducation, l’intervention ergonomique sur les équipements de travail, l’organisation et le poste de travail et/ou l’entraînement physique peuvent être recommandées pour la prévention des TMS et autres maux de dos.

Les recommandations de bonnes pratiques en matière de formation

Cette page est une synthèse des recommandations pour un déroulement temporel optimal d’une formation à la prévention des TMS. Ces recommandations doivent néanmoins rester adaptables aux spécificités propres à l’entreprise, au plan global de prévention, ou encore en fonction des compétences disponibles en interne.

L’analyse des risques

Avant d’organiser une formation au sein de l’entreprise, il est indispensable de réaliser une analyse des risques. Elle est réalisée par le conseiller en prévention interne ou celui du service externe de prévention et de protection du travail (SEPP) ou de l’organisme de formation en collaboration avec les membres du Comité pour la prévention et la protection au travail (CPPT) et de la ligne hiérarchique.

Cette analyse permettra d’orienter la formation en fonction des risques rencontrés au sein de l’entreprise, d’adapter la formation aux activités des participants et évitera de leur proposer des techniques totalement inapplicables en pratique dans leur contexte professionnel.

Définition du (des) groupe(s) de travailleur(s) devant bénéficier du processus de formation et désignation d'une personne de référence par groupe de 12 travailleurs

La formation est par définition de nature collective, mais la taille du groupe est un paramètre important. L'expérience montre que le groupe doit se limiter à 12 travailleurs pour des apprentissages théoriques ou généraux, et à 6 pour des apprentissages de type gestuel et/ou spécifiques à l'activité.

La formation s'adresse à tous les travailleurs, qu'ils présentent ou non des antécédents de lombalgies ou de TMS. Toutefois, le processus de formation envisagé ici s'adresse à des travailleurs actifs et qui ne présentent pas de plaintes importantes liées à une pathologie musculosquelettique. Elle ne s’adresse donc pas au travailleur en plein épisode douloureux, en incapacité de travail ou envisageant une reprise du travail. Dans ces cas particuliers, le programme de revalidation de l'Institut National d’assurance maladie invalidité (INAMI) et le programme de l'Agence fédérale des risques professionnels (Fedris) sont les démarches à privilégier, puisqu’il s'agit là d’une prise en charge individuelle qui doit tenir compte du contexte douloureux et de l'incapacité fonctionnelle du travailleur concerné.

Pour un meilleur maintien du programme de prévention au sein de l’entreprise, le choix d'une "personne de référence" au sein du (des) groupe(s) de travailleurs bénéficiant de la formation est vivement recommandé. La personne de référence est un travailleur volontaire qui partage (ou a partagé antérieurement) le même travail que les autres personnes du groupe formé. Son rôle est reconnu par la ligne hiérarchique, le SIPP et les membres du CPPT.

Avant la formation, cette personne aura pour tâche d'aider le formateur à découvrir les conditions de travail des futurs participants et à identifier les principaux facteurs de risque de TMS présents dans leurs activités de travail.

Après l’organisation des séances de formation, elle aura pour rôle de:

  • stimuler au quotidien ses collègues à adopter les gestes et postures enseignés dans la formation ;
  • relayer auprès de la hiérarchie les risques complémentaires identifiés lors du processus participatif propre à la formation ;
  • assurer le suivi des mesures de prévention discutées au sein du groupe de participants ;
  • repérer les situations "à problème" qui persistent et les faire remonter dans la pyramide hiérarchique de l’entreprise.

Contact préalable du formateur avec le Service Interne de Prévention et de Protection au travail (SIPP) et la (les) personne(s) de référence et visite des lieux de travail pour la préparation des contenus spécifiques et l'organisation pratique des sessions de formation.

Première séquence de formation : une demi-journée (4 heures) de théorie et pratique en dehors des lieux de travail et par groupe de 12 travailleurs au maximum.

En début de formation, le formateur identifie les connaissances, les représentations et les croyances des participants concernant les TMS et leurs facteurs de risque, professionnels et individuels, et cela en partant d’exemples concrets tirés de leurs activités de travail.

Il s’agit à cette étape d’acquérir les éléments théoriques sur les structures de base anatomiques concernées par les TMS (colonne et articulations discales) pour permettre une compréhension de l'appareil locomoteur et des éléments mécaniques à l'origine directe des dommages causés sur les structures anatomiques (les facteurs de risque scientifiquement reconnus).

Tout au long de cette formation, le comportement des participants est l’un des principaux aspects que tentera de modifier le formateur. Ce dernier doit, dès les premiers entretiens, stimuler les participants à adopter le bon comportement face aux risques de TMS.

Deuxième séquence de formation. Deux heures de pratique spécifique sur le lieu de travail par groupe de 6 travailleurs au maximum. Cette séquence peut être organisée à 2 ou 3 jours d'intervalle.

Cette étape de la formation vise à aider le travailleur à reconnaître, par des mises en situation, les risques auxquels il s’expose lors de la réalisation de son travail. Les principes posturaux et de maintien appris lors de la première session sont appliqués lors de cette deuxième séquence de formation permettant ainsi au travailleur de s'adapter au mieux à sa situation spécifique de travail et de réduire les risques liés aux postures défavorables.

Toutes les situations problématiques et spécifiques de travail des participants qui ne peuvent être résolues lors de la formation sont notées par le formateur. Il relève notamment les points critiques observés et en particulier ceux jugés comme non améliorables par des techniques gestuelles et posturales

A ce stade de formation, la sensibilisation au maintien d'une bonne hygiène de vie évoquée lors de la première session est mise en pratique, par un ensemble d’exercices physiques de renforcement et d’assouplissement musculaire.

Troisième séquence de formation (sur le lieu de travail) à 3 ou 4 semaines d'intervalle afin de permettre les transferts des acquis dans la pratique et de relever les problèmes spécifiques qui ne peuvent être résolus par la seule formation

Le formateur suit les travailleurs dans leurs environnements professionnels au sein desquels ils vont essayer de trouver ensemble des solutions aux problèmes (notamment ceux relevés lors de la seconde séquence) que le travailleur ne peut résoudre. Tous les problèmes supplémentaires pour lesquels aucune solution n’est apportée, sont notés par le formateur.

Rédaction d'un rapport synthétique reprenant entre autres les points critiques (on n’améliore pas les points critiques avec les formations, les aménagements futurs amélioreront ces points critiques) et des propositions concrètes quant à l’implémentation des mesures ergonomiques de prévention.

Ce document est établi par le formateur en collaboration avec la personne de référence. Le rapport est destiné à l'employeur, sa ligne hiérarchique, aux travailleurs concernés ainsi qu'au CPPT et au médecin du travail. Ce rapport est en effet essentiel à l'intégration de la formation dans une démarche plus globale de prévention. Il permet d'instaurer l'échange entre le SIPP et le formateur, souvent membre du SEPP, afin d'associer la réalisation d'aménagements ergonomiques au processus de formation.

Il devrait comporter les éléments suivants:

  • mention de l’importance de la mise en place d’une approche globale et ergonomique des risques, et la mise en œuvre d’une politique de prévention cohérente, intégrant l’ergonomie dans toutes les questions relatives au choix du matériel, des bâtiments, de l’aménagement des espaces de travail, etc;
  • mention des points critiques observés et en particulier de ceux jugés non améliorables par des techniques gestuelles et posturales. Le formateur conseillera éventuellement de réaliser une analyse des risques détaillée afin de définir les mesures de prévention adaptées aux problèmes non résolus par la formation;
  • relevé des suggestions de modification ergonomique émises par les participants;
  • relevé des adaptations posturales recommandées pour certaines opérations particulières;
  • mention des mesures déjà appliquées par l’équipe concernée;
  • propositions concrètes quant à l’implémentation des mesures de prévention;
  • en annexe : une copie des supports pédagogiques donnés aux travailleurs.

Remise d'un exemplaire des supports pédagogiques aux travailleurs et mise en place d'une procédure d'évaluation du programme de formation dispensé.

Des supports de formation sont remis aux participants en début ou fin de formation.

Il est conseillé aux entreprises de mener une évaluation de satisfaction de la formation auprès des participants d’une part afin de vérifier si les objectifs des formations définies dès le départ sont atteints ou non ; d’autres part, pour avoir une appréciation générale, et recueillir les attentes des participants pour des sessions ultérieures.

Organisation du suivi de la formation à moyen et long terme. Ceci implique l'organisation régulière de recyclages et d'une analyse participative des risques avec l'aide éventuelle du SEPP de l'entreprise.

Pour maintenir au cours du temps les résultats d'un processus de formation et assurer le maintien de bons comportements des travailleurs, il faut nécessairement organiser des séances de recyclage pour les travailleurs formés et continuer la formation des nouveaux embauchés.

Pour éviter l’apparition de nouveaux risques, le processus de prévention doit être continu c’est-à dire que la démarche participative d’identification et d’élimination de nouveaux problèmes doit être poursuivie à long terme. Le suivi implique l’organisation, à intervalles réguliers, de réunions avec les acteurs internes à l'entreprise (personnes de référence, membre(s) du CPPT, supérieur direct, conseiller en prévention,…).

Le programme de formation décrit ici ne doit pas laisser penser que les adaptations ergonomiques reposent sur les seules épaules des travailleurs formés (ou sur les épaules de la personne de référence). L'adaptation ergonomique du travail est une responsabilité de l'employeur qui peut s'appuyer à cette fin sur la compétence des services de prévention et protection au travail, en collaboration avec les différents acteurs de l’entreprise.

L’intégration précoce de la démarche ergonomique dans les différentes situations professionnelles est la meilleure manière de prévenir les risques de TMS en entreprise.
La base d’une formation à la prévention des troubles musculosquelettiques est l'analyse des risques. Une bonne pratique de prévention demande: de faire interagir de façon dynamique et participative la formation aux techniques gestuelles de prévention et l'ergonomie et inscrivent l'ensemble du programme de prévention dans une perspective de suivi à long terme (telle que prescrite par la réglementation sur la gestion dynamique des risques).

Pour accroître l'efficacité des programmes de prévention, les acteurs de l'entreprise (à tous les niveaux hiérarchiques) doivent s’impliquer dans la démarche de prévention en collaboration étroite avec les ergonomes du service externe de prévention et de protection au travail de leur entreprise.

Campagnes

  • Campagne: Bien-être au travail dans le camion fédéral (2015-2016-2017-2018)

    Pour promouvoir le bien-être au travail les collaborateurs du Service public fédéral Emploi, Travail et Concertation sociale (SPF Emploi) ont pour la première fois sillonnés le pays en novembre 2015 dans un camion entièrement équipé, nommé le "Fédéral truck".

Troubles musculosquelettiques (TMS) - Matériel de sensibilisation

Film “Prevention des troubles musculosquelettiques”

Ce film explique comment ces troubles apparaissent et ce que vous pouvez faire pour les prévenir. Ces troubles ne cessent d’augmenter. Ils touchent une grande partie des travailleurs belges : les hommes et les femmes, les jeunes et les plus âgés. On les retrouve dans toutes les professions et dans tous les secteurs. Bien que ces troubles ne soient pas mortels, ils ont un grand impact sur le travail et sur la vie privée. Il est dès lors primordial de les prévenir !

Regarder le film sur la chaîne YouTube du Service public fédéral Emploi, Travail et Concertation sociale (SPF Emploi): Prevention des troubles musculo-squelettiques.

Les troubles musculosquelettiques en un tour de cartes

Les troubles musculosquelettiques sont en constante augmentation et touchent un grand nombre de travailleurs belges. Que sont les TMS? Quelles sont les causes et conséquences des TMS? Quelles sont les solutions pour prévenir les TMS et quels outils sont disponibles?

Une réponse à ces questions est apportée de manière ludique au moyen de 52 cartes.

Découvrez ces cartes sur le site internet de la campagne: http://www.preventiondestms.be/fr 

Le Flexaminator: un jeu éducatif

Dans ce jeu développé pour les jeunes du 3ème cycle de l’enseignement secondaire, le héros “Flexaminator” combat les troubles musculosquelettiques (TMS).

Le jeu entend sensibiliser les jeunes aux risques pouvant aboutir au développement de TMS et les informer des moyens de prévenir ces troubles: une bonne posture, différents dispositifs et techniques, aménager l’environnement de manière optimale, …

Le jeu consiste en un manuel pour le coordinateur du jeu et en une série de missions éducatives.

Vous pouvez télécharger gratuitement le jeu sur le site internet du SPF Emploi: http://www.emploi.belgique.be/leflexaminator/

Site de sensibilisation Preventiondestms.be

Ce site de campagne donne les informations essentielles et sensibilise de manière pratique et ludique aux TMS.

Site de campagne: www.preventiondestms.be.

Film “Prévention des maux de dos dans le secteur de l'agriculture et de l'horticulture”

Les troubles musculosquelettiques (TMS) sont en constante augmentation et touchent un grand nombre de travailleurs belges. Le film vise à sensibiliser et informer le grand public sur les troubles musculosquelettiques et à promouvoir les bonnes pratiques de prévention qui permettent de limiter ces risques dans le secteur de l'agriculture et de l'horticulture.

Regardez le film sur la chaîne YouTube de BeSWIC: Prévention des maux de dos dans le secteur de l'agriculture et de l'horticulture.

Film “Prévention des maux de dos dans le secteur de l'aide à domicile”

Les troubles musculosquelettiques (TMS) sont en constante augmentation et touchent un grand nombre de travailleurs belges. Le film vise à sensibiliser et informer le grand public sur les troubles musculosquelettiques et à promouvoir les bonnes pratiques de prévention qui permettent de limiter ces risques dans le secteur de l'aide à domicile.

Regardez le film sur la chaîne YouTube de BeSWIC: Prévention des maux de dos dans le secteur de l'aide à domicile.

Film “Prévention des maux de dos dans le secteur de la construction”

Les troubles musculosquelettiques (TMS) sont en constante augmentation et touchent un grand nombre de travailleurs belges. Le film vise à sensibiliser et informer le grand public sur les troubles musculosquelettiques et à promouvoir les bonnes pratiques de prévention qui permettent de limiter ces risques dans le secteur de la construction.

Regardez le film sur la chaîne YouTube de BeSWIC: Prévention des maux de dos dans le secteur de la construction.

Film “N'attendez pas demain pour en prendre soin”

Les positions statiques imposent une lourde charge à vos muscles et articulations. Qui plus est quand la position adoptée est mauvaise.

Regardez le film sur la chaîne YouTube de BeSWIC: N'attendez pas demain pour en prendre soin.

Film “Le travail, oui, mais pas sans bouger!”

Tirer et soulever, voilà des gestes très courants. Si vous les effectuez de manière incorrecte, la charge dorsale augmente considérablement.

Regardez le film sur la chaîne YouTube de BeSWIC: Le travail, oui, mais pas sans bouger!

Film “Prenez les choses en main : variez vos activités”

Effectuer le même mouvement, encore et encore et encore... Mouvements répétitifs : vos tendons ne vous disent pas merci.

Regardez le film sur la chaîne YouTube de BeSWIC: Prenez les choses en main : variez vos activités.

Troubles musculosquelettiques (TMS) - Outils

ART tool (HSE – Royaume-Uni)

L'Assessment of Repetitive Tasks (ART tool) est un outil destiné à évaluer les tâches répétitives impliquant les membres supérieurs. Il évalue certains facteurs de risque communs aux tâches répétitives qui contribuent au développement de troubles des membres supérieurs.

L'outil est à découvrir en anglais sur le site de la "Health and Safety Executive" (HSE): ART tool.

L’équation révisée de lever de charge du NIOSH (NIOSH – USA)

Pour calculer la charge maximale admissible de lever de charges dans différentes situations, l'institut américain "National Institute for Occupational Safety and Health" (NIOSH) a développé une méthode. Ce calcul est également appelé aux Pays-Bas et en Belgique la formule du NIOSH ou la norme de levage NIOSH. Le calcul prend en compte la hauteur, la distance du corps, le mouvement et la rotation du haut du corps lors du levage d'un objet. Il examine également combien de fois l’objet est levé et s’il est facile à saisir.

L'outil est téléchargeable en anglais sur le site de NIOSH: Applications manual for the revised NIOSH lifting equation (PDF, 3,81 MB).

L'outil de calcul en néerlandais via le site WebWidget.eu: Bereken het maximale tilgewicht met de NIOSH-tilnorm.

Exposure Calculator for Hand-Arm Vibration (Umeå Universitet - Suède)

Ce calculateur d’exposition aux vibrations mains-bras permet le calcul de l’exposition quotidienne ou de la durée d’exposition autorisée par jour.

L'outil suédois est disponible en anglais: Exposure calculator for hand-arm vibration.

Tables de pourcentage de Snook (Liberty Mutual Insurance Company - USA)

Ces tables permettent de dire quel pourcentage d’une population de travailleurs est en mesure d’effectuer une tâche de référence de façon régulière dans sa journée de travail. Ces tables créées au moyen d’une approche psychophysique sont basées sur les travaux scientifiques effectués par les Dr Stover Snook et Dr Vincent Ciriello pour le compte du Liberty Mutual Research Institute for Safety.

Ces tables établissent un poids maximal acceptable pour des pourcentages prédéterminés de la population, en fonction de la distance entre le corps du manutentionnaire et l’objet à lever, la distance verticale de déplacement de l’objet, la zone de déplacement et la fréquence de la manutention. Il existe des tables différentes pour les hommes et pour les femmes.

Ces tables sont disponibles en anglais sur le site ergonomiesite.be: Using the Snook Push/Pull Tables (PDF, 114 KB).

Tables de Liberty Mutual (Liberty Mutual Insurance Company - USA)

Les tables de Liberty Mutual ne diffèrent des tables de Snook que dans la présentation des résultats, les valeurs étant ici les pourcentages de population au lieu du poids maximal acceptable. Les tables de Liberty Mutual sont donc essentiellement une collection de onze tables indiquant quel pourcentage de la population américaine de travailleurs industriels, masculins ou féminins, est en mesure de faire une tâche de manutention en fonction de plusieurs paramètres.

Ces tables sont disponibles en anglais sur le site de “Liberty Mutual Insurance”: Manual Handling Guidelines: Liberty Mutual Tables (PDF, 2,49 MB).

MAC tool (HSE - Royaume-Uni)

Le "Manual Handling Assessment Chart" (MAC) tool est un outil qui propose des grilles d'évaluation des risques générés par la manutention (lever et transporter une charge seul ou en équipe). L’utilisateur doit suivre huit étapes durant lesquelles il doit évaluer la situation et lui attribuer un code numérique et un code de couleur correspondant à un gradient d’importance du risque. Des illustrations de situations pour chaque niveau d’importance, associées aux codes, aident l’utilisateur à faire ces évaluations.

Cet outil est disponible en anglais sur le site de la HSE: Manual handling assessment charts (the MAC tool).

Manutentions manuelles – Guide et fiche d'identification FIFARIM (SPF Emploi - Belgique)

Les risques liés à la manutention manuelle et à l’activité physique sont la principale cause d’accidents du travail et de maladies professionnelles. Le but de ce guide et de la fiche est de parvenir à prévenir et réduire ces risques, et à diminuer la dépense d’énergie afin de favoriser l’efficacité du travail humain.

Ces publications sont disponibles sur le site du Service public fédéral Emploi, Travail et Concertation sociale (SPF Emploi), dans le module Publications:

Méthode "Quick Exposure Check" (QEC) (CNESST - Canada)

Ce questionnaire permet aux travailleurs et à leurs employeurs d’évaluer le risque de TMS liés aux postes de travail.

Le document se trouve sur le site de la Commission des normes, de l’équité, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST): Troubles musculosquelettiques: Méthode QEC.

Méthode OCRA (EPM – Italie)

La check-list OCRA est un instrument qui permet une estimation simple du risque au cours de la première observation des postes de travail et en particulier pour des tâches manuelles et répétitives.

L'outil est disponible en anglais sur le site de “Ergonomia della Postura e del Movimento” (EPM): SOFTWARE DOCUMENTS >>  OCRA UTILITIES >>  ENGLISH index.

OREGE (INRS – France)

L’Outil de Repérage et d'Evaluation des GEstes (OREGE) est un outil simple d'évaluation des facteurs de risque biomécaniques de TMS du membre supérieur.

L'outil est disponible sur le site de l'Institut national de recherche et de sécurité (INRS): OREGE : un outil simple d'évaluation des facteurs de risque biomécaniques de TMS du membre supérieur.

Outils d'auto-évaluation de la charge physique (TNO - Pays Bas)

Le site ‘fysiekebelastingbeoordelen.tno.nl’ fournit des outils d'auto-évaluation des risques de la charge physique au travail.

Les outils sont disponibles sur ce site de l’"Organisatie voor toegepast natuurwetenschappelijk onderzoek" (TNO):

Pushing and Pulling tool (HSE - Royaume-Uni)

L'outil de poussée et de traction est conçu pour guider l’utilisateur à travers les questions qu’il doit se poser lors de l’évaluation de risque. L'action de pousser et de tirer est souvent négligée parce qu'elle est souvent perçue comme des solutions pour la manutention manuelle des charges. Pourtant, plusieurs éléments peuvent rendre cette tâche difficile (surfaces inégales, obstacles, escaliers, pentes, etc.).

L'outil est disponible en anglaissur le site de HSE: Pushing and Pulling loads.

RULA (Osmond Ergonomics - Royaume-Uni)

La “Rapid Upper Limb Assessment” (RULA) est une méthode d'enquête développée pour les analyses ergonomiques des lieux de travail où des atteintes des membres supérieurs sont signalées. RULA est un outil de dépistage qui évalue la charge biomécanique et posturale sur tout le corps avec une attention particulière pour les zones du cou, du tronc et des membres supérieurs. RULA est destiné à être utilisé dans le cadre d'une étude ergonomique plus vaste.

L'outil est disponible en anglais sur ce site d’Osmond Ergonomics: RULA - Rapid Upper Limb Assessment.

REBA (University of Nottingham - Royaume-Uni)

La “Rapid Entire Body Assessment” (REBA) ou évaluation rapide de tout le corps est un outil d’analyse rapide des postures associées aux activités de tout le corps, tant statiques que dynamiques. La méthode de REBA ressemble à celle de RULA et fournit une mesure objective des risques de TMS causés par les tâches, mais elle permet aussi d’évaluer des tâches moins sédentaires qui mettent à contribution tout le corps.

L'outil est disponible en anglais sur le site de "Cornell University Ergonomics”: REBA Worksheet.

Plus d’informations en néerlandais à ce sujet sont disponibles sur le site ergonomiesite.be: REBA – Rapid Entire Body Assessment.

Liste de contrôle pour la manutention de charges (SUVA - Suisse)

Élaborée par la Caisse Nationale Suisse d’Assurances (SUVA), la liste “Alléger la charge” propose 22 situations à évaluer selon le mode "oui/en partie/non" et couvre les aspects de la planification des transports, les moyens de manutention auxiliaires, les actions de soulever et de porter et la formation. Elle demande en partie l’observation des tâches. Une fiche annexe permet de noter les mesures à mettre en œuvre pour le suivi de l’intervention.

La liste est disponible sur le site de la SUVA: Alléger la charge - Liste de contrôle.

Whole-Body Vibration Calculator (Umeå Universitet – Suède)

Ce calculateur d’exposition aux vibrations corps entier permet le calcul de l’exposition quotidienne ou de la durée d’exposition autorisée par jour.

L’outil suédois est disponible en anglais: Exposure Calculator for Whole-Body Vibration.

Lombalgie et douleur radiculaire: un outil pour définir son itinéraire de soin (KCE – Belgique)

Le Centre fédéral d’expertise des soins de santé (KCE) a développé un outil permettant de définir un itinéraire de soins pour un patient donné et en fonction du type et de la durée de sa douleur, les examens à effectuer et les traitements à proposer pour progresser de la façon la plus cohérente possible. L’outil a été réalisé en commun avec des représentants de toutes les professions de soins concernées et avec les patients. Pour en faciliter l’usage, le KCE en a également développé une version interactive en ligne.

Plus d’informations concernant l’outil sont disponibles sur le site du KCE:

Dix vidéos sur la prévention des TMS dans le secteur de l’aide et du soin à la personne (INRS – France)

L’INRS propose dix vidéos sur la prévention des TMS. Les films montrent une nouvelle approche de la manutention des personnes dans le secteur de l’aide et du soin à la personne. Cette démarche de formation à la prévention des risques de TMS dans le secteur de soins doit s’inscrire dans un plan globale de prévention des services de soins de santé.

Les vidéos sont disponibles sur le site de l’INRS: Dix vidéos sur la prévention des TMS dans le secteur de l’aide et du soin à la personne.

Aidons le dos des aides familiales (SPF Emploi - Belgique)

Les trois plaquettes "Aidons le dos des aides familiales" sont des outils pratiques destinés à permettre aux aides à domicile, en collaboration avec leurs bénéficiaires, d'améliorer leurs conditions de travail.

Ces publications sont disponibles sur le site du SPF Emploi, dans le module Publications > Aidons le dos des aides familiales.

E-learning bien-être au travail (e-campus – Belgique)

Au moyen d’animations, d’images, de vidéos…, cet outil convivial permet de comprendre simplement la législation sur le bien-être au travail et ses grands principes afin de sensibiliser et de prévenir les risques professionnels présents dans chaque entreprise.

Plus d’informations à ce sujet sont disponibles dans le module Outils > E-learning pour faire ses premiers pas en bien-être (santé, sécurité, RPS, TMS…) au travail (e-campus – Belgique).

Troubles musculosquelettiques (TMS) - Publications

Le Service fédéral emploi, travail et concertation sociale a toute une série de publications dans la série « Troubles musculosquelettiques ».

Outils pour les travailleurs(euses)

Afin d’aider les travailleurs à faire face aux TMS au travail, des fiches pratiques ont été créées et intitulées «Troubles musculosquelettiques dans les métiers».

Il existe 36 fiches pratiques de Prévention des troubles musculosquelettiques pour les métiers suivants :

  • le personnel de l’aide à domicile
  • le personnel du nettoyage
  • les puéricultrices dans le secteur de la petite enfance
  • le personnel soignant dans les hôpitaux
  • le personnel de caisse
  • les réassortisseurs
  • les réceptionnistes de marchandises
  • les vendeurs comptoirs
  • le chauffeur-livreur
  • le préparateur de commande
  • le chauffeur routier
  • l’éleveur
  • le cultivateur
  • le technicien dans le secteur de l’aménagement des espaces verts
  • le personnel de cuisine
  • le personnel de logistique
  • les monteurs en sanitaire et climatisation
  • les plafonneurs
  • les maçons et les manœuvres
  • les ferrailleurs et les coffreurs
  • les conducteurs d’engins de chantier
  • les couvreurs
  • le personnel des centres d’appels
  • le cordonnier
  • le boulanger
  • le déménageur
  • les cueilleurs
  • les femmes de chambres
  • le serveur
  • le personnel administratif
  • le barman
  • le coiffeur
  • le boucher
  • le manutentionnaire aéroportuaire (Handle)
  • l'éboueur/chargeur
  • l’agent de tri

Outils pour les experts en prévention

Brochures par secteurs

Ces manuels, conçus comme des instruments pédagogiques, se focalisent sur la prévention des troubles musculosquelettiques dont la lombalgie. A l’aide de nombreuses photos de postures, de gestes et de situations de travail, la brochure explique les risques de TMS dans un secteur d’activités et donnent des recommandations pour les éviter.

Il existe 9 brochures qui passent en revue les facteurs de risques de 9 secteurs:

  • Prévention des maux de dos dans le secteur de la construction
  • Prévention des maux de dos dans le secteur de la petite enfance
  • Prévention des maux de dos dans le secteur de l’agriculture et de l’horticulture
  • Prévention des troubles musculosquelettiques dans le secteur hospitalier
  • Prévention des troubles musculosquelettiques dans le secteur de l’aide à domicile
  • Prévention des troubles musculosquelettiques dans le secteur de l’horeca
  • Prévention des troubles musculosquelettiques dans le secteur de la distribution
  • Prévention des troubles musculosquelettiques dans le secteur du transport et de la logistique
  • Prévention des troubles musculosquelettiques dans le secteur du traitement des déchets

Guides de recommandations

Il existe 3 guides qui recommandent comment bien mener une action de prévention.

Recommandation de bonnes pratiques

Gestion des risques professionnels: stratégie SOBANE-Troubles musculosquelettiques

La stratégie SOBANE est une méthode de gestion des risques à quatre niveaux d’intervention: dépistage, observation, analyse et expertise.

La brochure «stratégie SOBANE- Troubles musculosquelettiques» permet de travailler en profondeur sur les problèmes qui mènent aux TMS.

Série Manutentions manuelles des charges

Un guide et une fiche d’identification des facteurs de risques aident à prévenir et réduire les risques TMS et les accidents liés à la manutention manuelle et au travail physique.

Questions parlementaires

  • 2047 Chambre - L'absentéisme au travail

  • 838 Chambre - Travail sur mesure - Risques psychosociaux

  • 830 Chambre - Les troubles musculosquelettiques - Campagne de prévention

  • 335 Chambre - L'enquête européenne des entreprises sur les risques nouveaux et émergents

  • 21608 Chambre - Le poids maximum autorisé pouvant être soulevé par les travailleurs

Recherches

  • Typologies d’intervention en matière de prévention des troubles musculosquelettiques et des risques psychosociaux (SPF Emploi - Belgique - 2013)

  • DinBelg 2005 (Motmans R - Belgique - 2005/2006)

  • Fit For Work? Les troubles musculosquelettiques et le marché du travail belge (The work foundation & Prevent – Belgique – 2009)

  • Activité physique : contextes et effets sur la santé - Synthèse et recommandations (Institut national de la santé et de la recheche médicale / INSERM – France – 2008)

  • Facteurs organisationnels et psychosociaux et développement de troubles musculosquelettiques des membres supérieurs (UCL – Belgique – 2004)

  • Publications de recherches de l’Unité Hygiène et Physiologie du Travail (UCL - Belgique)

  • Lombalgies en milieu professionnel : Quels facteurs de risque et quelle prévention? (Institut national de la santé et de la recherche médicale / INSERM – France – 2000)

  • Les affections musculosquelettiques dans l'Union européenne: faits et chiffres (Agence Européenne pour la santé et la sécurité au travail EU-OSHA – EU – 2010)

  • Etude sur le mal de dos chronique (KCE – Belgique – 2007)

Troubles musculosquelettiques (TMS) - Réglementation

En Belgique, il n'existe pas de réglementation spécifique relative aux TMS d'origine professionnelle.

La loi sur le bien-être au travail impose à l'employeur de promouvoir le bien-être de ses travailleurs lors de l'exécution de leurs tâches (Loi du 4 août 1996 relative au bien-être des travailleurs lors de l'exécution de leur travail, MB du 18/09/1996).

L'employeur doit veiller à ce que le travail soit adapté aux capacités physiques des personnes et à ce que tout excès de fatigue professionnelle (physique ou mentale) soit évité. Pour ce faire, il doit tenir compte de:

  • l'organisation du travail et des méthodes de travail et de production (p.ex. moins de travail monotone ou cadencé);
  • de la conception des lieux et du poste de travail (ergonomie);
  • du choix et de l'utilisation des équipements de travail et de protection individuelle;
  • de la charge psychosociale.

Le Code sur le bien-être au travail contient des chapitres qui traitent notamment des vibrations, de la manutention manuelle de charges, des équipements de travail, du travail sur écran et des sièges de travail et de repos.

Une large explication de cette législation se trouve sur le site Internet du SPF Emploi, Travail et Concertation sociale:

En pratique

  • ergoscan
    ergoscan
    Ergonomie / Troubles musculosquelettiques (TMS)

    Ergoscan® dans votre entreprise

    L’Ergoscan® se base sur une visite d’entreprise au cours de laquelle un ergonome de Prevent effectue des observations et mène des entretiens avec les opérateurs et dirigeants. Vous recevez un feedback qui vous donne un aperçu des problèmes liés à l’ergonomie dans votre entreprise et des solutions...
  • napo
    napo
    Troubles musculosquelettiques (TMS)

    Comprendre les TMS avec Napo

    Une nouvelle boîte à outils en ligne avec des films d’animation ‘Napo’ est destinée à sensibiliser l’opinion aux troubles musculo-squelettiques (TMS) et à prodiguer des conseils connexes. La boîte à outils contient 14 activités différentes qui doivent permettre au personnel d’organisations de tenir...
  • conversation starters
    conversation starters
    Troubles musculosquelettiques (TMS)

    Lanceurs de discussion sur les TMS sur le lieu de travail

    Les lanceurs de discussion sur le lieu de travail concernant les troubles musculo-squelettiques (TMS) sont une nouvelle ressource développée par l’Agence européenne pour la sécurité et la santé au travail (EU-OSHA). Cet outil peut servir à animer des discussions en groupes sur le lieu de travail ou...
  • MSA
    MSA
    Troubles musculosquelettiques (TMS) / Risques psychosociaux (RPS) / Stress / PME

    Guide pratique pour les petites entreprises concernant les risques psychosociaux, le stress et les troubles musculosquelettiques

    Les risques psychosociaux, le stress ou les troubles musculosquelettiques (TMS) peuvent avoir de graves conséquences pour les individus et les entreprises, menant souvent à des congés de maladie de longue durée. Les micro et petites entreprises, en particulier, peuvent rencontrer des difficultés...
  • ouderenzorg
    ouderenzorg
    Troubles musculosquelettiques (TMS) / Risques psychosociaux (RPS)
    Santé humaine, activités médico-sociales et action sociale

    Online-Training TV: Soins aux seniors - santé et sécurité du personnel soignant

    Travailler dans une maison de repos et de soins implique des dangers et des risques spécifiques, qui peuvent être à l’origine de problèmes de santé. Il s’agit le plus souvent de maux de dos, liés au fait qu’il faut souvent déplacer et soulever des personnes. L’offre Online-Training TV de Prevent,...
  • KCE
    KCE
    Troubles musculosquelettiques (TMS)

    Itinéraire de soins pour les maux de dos

    Le Centre fédéral d’expertise des soins de santé (KCE) a développé un outil permettant de définir un itinéraire de soins pour un patient donné et, en fonction du type et de la durée de sa douleur, les examens à effectuer et les traitements à proposer pour progresser de la façon la plus cohérente...
  • ergoscan_fr.jpg
    Ergonomie / Troubles musculosquelettiques (TMS)
    Alimentation, boissons et tabac

    Les solutions ergonomiques pour l’industrie alimentaire - Rapport de synthèse Ergoscan®

    Prevent a développé L’Ergoscan®. Alimento offre aux entreprises de l’industrie alimentaire la possibilité de faire effectuer un Ergoscan®. Les résultats des entreprises qui l’ont déjà fait, ont été repris dans un rapport de synthèse, qui contient également des recommandations applicables à l’...
  • le_flexaminator.jpg
    Troubles musculosquelettiques (TMS)
    Enseignement

    Le Flexaminator : un jeu pour prévenir les troubles musculosquelettiques

    “Le Flexaminator” est un jeu éducatif pour sensibiliser à l’importance d’une bonne posture et à la prévention des troubles musculosquelettiques (TMS).

Actualités et évènements

Séminaire "Bonne santé musculo-squelettique à un âge précoce"

28.08.2019 11:08
L’Agence européenne pour la sécurité et la santé au travail (EU-OSHA), en collaboration avec le Réseau européen pour l’éducation et la formation à la...

Journée d’étude sur l’ergonomie et les robots collaboratifs (COBOTS)

24.04.2018 13:04 to 30.05.2018 00:05
Le 22 mars 2018, la "Belgian Ergonomics Society" (BES) a organisé, en collaboration avec le Service public fédéral Emploi, Travail et...

Sessions de sensibilisation à la prévention des troubles musculosquelettiques

05.03.2018 11:03 to 31.12.2018 02:12
La Direction générale Humanisation du travail du SPF Emploi, Travail et Concertation sociale organisera, dans le courant de l'année 2018, des...
Fedris
Fedris
20.11.2017

Extension du programme de prévention des maux de dos de Fedris et assouplissement des conditions

Le programme de prévention des maux de dos de l'Agence fédérale des risques professionnels (Fedris) existe depuis 10 ans. Il permet aux...
MSA Algemene Brochure
MSA Algemene Brochure
29.08.2017

Brochure pour la prévention des TMS

Le Service public fédéral Emploi, Travail et Concertation sociale (SPF Emploi) a publié une brochure générale d’information concernant la prévention...
tms_beswic.jpg
07.03.2017

Thème Troubles musculosquelettiques (TMS) sur BeSWIC

Le thème Troubles musculosquelettiques (TMS) est disponible sur BeSWIC. Dans cette rubrique, vous trouverez des informations sur ce que sont les TMS...